Coudre du jersey sans surjeteuse

Ikatee vous propose de nombreux patrons de couture à réaliser en maille jersey. Certaines couturières ont de l'appréhension à utiliser cette matière qui peut pourtant être facilement maitrisée. Dans ce cours sur la prise en mains du jersey, je vous explique toutes les astuces et les bonnes habitudes que j'ai développées pour le coudre sans utiliser de surjeteuse.

 1. Le jersey et ses utilisations 

La maille jersey

 Le jersey est une maille tricotée avec des fils plus ou moins épais. Il forme des boucles de mailles contrairement à une étoffe tissée qui est le résultat d’un entre-croisement de fils tendus.

Le jersey est donc une technique de fabrication ; il se reconnaît par des mailles endroit formant des « V » et des mailles envers formant des « ponts ».

Il peut être tricoté avec des fils en fibres naturelles (coton, lin, bambou, laine, etc), artificielles (viscose, tencel, etc), synthétiques (polyester, élasthanne, etc) ou avec des mélanges de ces fibres (coton polyester, coton viscose, coton élasthanne, etc).

Le jersey est par nature extensible; cette qualité varie selon la nature de la fibre utilisée et selon la tension des mailles formées.  Un jersey avec des mailles souples et de l’élasthanne est particulièrement extensible. Il est idéal pour la couture de vêtements bébés et enfants.

 

Le jersey en confection

Le jersey en coton est le plus répandu ; il est utilisé pour la réalisation de tee-shirts, pyjamas et robes amples. Confortable, facile d’entretien, il est idéal pour la confection des vêtements d’enfants. Il est facile à coudre.

Le jersey coton stretch (ou coton élasthanne) permet de renforcer l’élasticité. Il est utilisé pour les leggings, tee-shirts, articles de lingerie ou de sport et est vivement recommandé pour les vêtements près du corps.

Le jersey de lin ou de bambou est proche du jersey de coton en fonctionnalité. Il est très absorbant et est donc idéal pour les vêtement d’été et de bébé.

Le jersey molleton est plus épais. L’envers présente des mailles bouclettes plus laches. Il est moins extensible de par son tricotage et son épaisseur. Il est simple à coudre. Il est utilisé pour les sweatshirts, bas de jogging, robes sportswear ou gilets. On le trouve en version légère (fils assez fins, envers non gratté : le « french terry »), en version toutes saisons (fils moyens, envers gratté) et en version chaude (endroit et envers grattés). Il peut être travaillé sur des supports en coton-élasthanne ou coton-polyester-élasthanne ; l’élasthanne donne plus de confort ; le polyester, de la résistance et du gonflant à la matière.

Le jersey Ponti Roma ou jersey Milano est une technique spécifique de tricotage qui donne une maille épaisse et matérielle. Il est parfait pour la réalisation de robes, jupes ou vestes avec de la tenue et un beau tomber.

Le jersey de viscose est plus fluide et a tendance à « bouger » davantage lors de la couture. Il est donc plus délicat à travailler. Il est plutôt utilisé en confection femme pour son joli tomber.

 

Le bord-côte rectiligne ou tubulaire : la maille complémentaire au jersey !

Le bord-côte est utilisé pour former des poignets, cols, bas de sweats ou de tee-shirts.

Cette maille épaisse est tricotée en côtes plus ou moins larges. Une côte 1*1 est une côte peu marquée qui est tricotée une maille endroit, une maille envers ce qui forme la côte (chaque rang est identique). La côte 2*2 est tricotée avec 2 mailles endroits puis 2 mailles envers, ce qui élargit l’effet de côte, etc. Le bord-côte est très extensible. Il est généralement tricoté avec des fils contenant de l’élasthanne pour amplifier son extensibilité et renforcer sa bonne tenue. On trouve le bord-côte sous forme rectiligne (tissu tricoté en rangs à plat en largeurs variables) ou en tubulaire ; la maille est tricotée en tube sans « arrêt » entre chaque rang. Dans le cas d'un bord-cote tubulaire, on ouvre le tube en coupant un côté et on étale la bande complète à plat. On placera les pièces de patrons sur la largeur du tissu côtelé et on coupe. En général les poignets, col et bande en bas de jambes ou de corps sont pliés en 2 dans la longueur pour renforcer les bandes et assurer un maintien parfait (les poignets, col et bandes sont donc "à double")

(voir plus loin comment monter un col en bord-côte)

 

2. Préparer la couture du jersey

Le sens du jersey

La maille jersey est extensible dans sa largeur. Son tricotage se fait en rangs successifs et il a donc un sens. Il faut placer les pièces dans le droit fil, parallèle à la lisière (perpendiculairement aux rangs formés). Cela permet d’assurer la même élasticité à toutes les pièces du vêtement.

Un soin particulier est à prendre lors du placement des pièces du patron sur le jersey. Si les pièces sont un peu de travers par rapport au droit fil, votre vêtement « tournera » au fur et à mesure des lavages car la maille « bouge » (vous verriez alors les coutures côtés de votre tee- shirt vriller à l’usage).

 

La coupe

Plier le tissu dans la droit fil, endroit contre endroit. Aligner les lisières côtés l’une contre l’autre si le tissu doit être plié en 2 ou face à face si votre tissu doit être plié en 3 (rabattre alors les 2 lisières l’une contre l’autre au milieu du tissu pour former comme un paquet cadeau), cela dépend du plan de coupe fourni avec le patron.

Placer toutes les pièces du patron dans le droit fil, les épingler avec attention en évitant d’étirer la matière.

Reporter les contours du patron (ajouter les marges de coutures si celles-ci ne sont pas incluses dans le patron) avec un outil de traçage tendre pour éviter que la pointe de l’outil n’accroche sur la maille.

Couper les pièces. Je préfère l’utilisation d’un cutter rotatif aux ciseaux pour éviter de faire bouger le jersey.

 

Le roulotté des lisières coupées : pas besoin de surfiler

Le jersey a tendance naturellement à roulotter au niveau des lisières coupées à vif. Les mailles se resserrent. Un bord à vif peut être laissé ainsi sans surfilage car il ne se démaillera pas. C’est magique ! Par contre, un trou fait au milieu du jersey aura lui tendance à s’agrandir car une maille coupée au cœur de la matière se démaille.

Personnellement je préfère surfiler quand même les bords à cru pour bien aplatir les marges de couture et éviter que le roulotté ne fasse de surépaisseurs visibles sous les vêtements.

 

3. Coudre du jersey

 

Surjeteuse ou pas surjeteuse ?

La surjeteuse est idéale pour coudre du jersey car elle pique, coupe les lisières et les surfile en une seule opération. La couture est également bien extensible car elle s’adapte à la matière.

Cependant, on peut tout à fait se passer de surjeteuse !

Coudre avec une machine classique est tout à fait faisable et c’est même simple !

 

Le matériel pour coudre sans surjeteuse

Quelques petits investissements de base sont nécessaires pour coudre sans souci le jersey avec une machine à coudre :

  • Une aiguille à jersey : cette aiguille spéciale à un bout légèrement arrondi permet de glisser entre les mailles sans les percer et donc sans les abimer. (On utilise aussi cette aiguille pour un surjeteuse)

La taille de l’aiguille : plus le jersey est fin, plus il faut choisir une aiguille fine.

jersey fins : aiguille 60 à 80.

jerseys moyens : aiguille 80 à 90.

jerseys épais : 90 et plus.

 

A retrouver sur la boutique en ligne d'ikatee

  • Une aiguille double (facultatif) : elle permet de réaliser de jolis ourlets bien extensibles. Il en existe de différentes tailles (en fonction de l'écartement voulu entre les 2 lignes de couture). On installe 2 bobines sur la machine : vous avez en général 2 emplacements pour bobines. Si ce n'est pas le cas, installer les 2 bobines l'une sur l'autre. Enfiler les 2 fils en suivant le même chemin habituel puis enfiler 1 fil dans chaque chas (un fil par aiguille). En piquant au point droit, 2 lignes de couture vont être piquées en parallèle et le fil de canette formera sous le jersey un zig-zag entre les 2 lignes de piqure du dessus.

 

  A retrouver sur la boutique ikatee

  • Du fil mousse (pour la canette) : ce fil en polyester à multi-fibres a un aspect mousseux gonflant. Il est doux et extensible et sert à donner de l’élasticité à votre couture. Le jersey étant extensible, il requiert une couture elle-même extensible, sinon la couture peut casser à l’usage (enfilage du vêtement). Le fil mousse est utilisé en lingerie, en vêtement de sport et maillot de bain et plus généralement pour toutes les mailles. Il est recommandé en canette pour les coutures à aiguille simple mais est inutile lors de l’utilisation de l’aiguille double qui forme déjà une couture extensible grâce au zig-zag formé sur l’envers par le fil de canette classique. Le fil mousse n’est pas recommandé en fil de bobine (le fil que l’on voit sur l’endroit de la couture) car il suffit d’un fil mousse dans la canette pour assurer l’extensibilité de la couture. Par ailleurs, le fil mousse a un aspect mousseux qui n’est pas « joli » en extérieur, la couture serait moins « linéaire » sur l’endroit. Enfin, la gamme de coloris en fil mousse est beaucoup moins étendue que celle des fils de couture « classiques » et avoir un fil de couleur coordonnée à son tissu est important sur l’endroit du jersey. Aussi, il suffit de prendre simplement un fil mousse de coloris approchant ou de coloris neutre car le fil mousse ne sera visible que sur l’envers du jersey. NB : Les bobines de fil mousse sont souvent proposées sous forme de petits cones de 1000m de fil environ, au prix de 6 à 10€ environ. Pas besoin d’avoir toutes les couleurs, quelques basiques suffisent !
A retrouver sur le site d'ikatee
  • Du fil de couture : pour la bobine de la machine, on peut utiliser un fil de coton ou de polyester classique. Je recommande les fils polyester, plus résistants à l’usage que les fils de coton. Par ailleurs, il sera couplé à un fil mousse en canette, lui-même en polyester ; utiliser des fils de même matière est préférable pour optimiser les caractéristiques des matériaux.

  • Un cutter rotatif pour la coupe du tissu  (facultatif mais recommandé)

 

La couture

  • Choisir le point de couture

Il existe plusieurs points pour piquer le jersey ; tous peuvent être allongés ou raccourcis au choix.

 

L’important est de créer une couture élastique.

Le point élastique ou stretch  : il n’est pas proposé sur toutes les machines (voir votre notice). Il est utilisé pour coudre les parties qui doivent rester extensibles (col, ourlets, etc). Ce point est déjà assez extensible et l'utilisation de fil mousse en canette n'est pas nécessaire. Le désavantage de ce point est qu'il n'est pas très beau car pas linéaire.

 

Le point zig-zag ou zig zag piqué : Il permet également de coudre les parties qui doivent rester extensibles (col, ourlets, etc).

 

Les points overlock ou surjet : permettent également de coudre et surfiler en même temps

 

Parfait dans leurs utilisations, les points zig zag ou stretch présentent un inconvénient : le rendu esthétique n’est pas idéal à mon avis (effet zig-zag). Il est donc possible d’utiliser le point droit pour TOUTES les coutures en utilisant du fil mousse en canette.

Le point droit (qui est donc mon préféré !) : régler généralement le point sur 2 à 2,5mm (4 à 5 points par centimètre). Il est parfait pour réaliser des coutures droites aux épaules, côtés, etc car les coutures ont moins besoin d’être élastiques. Pour les autres coutures, on peut aussi l’utiliser en mettant du fil mousse en canette.

 

  • L’entrainement du tissu

La maille jersey est extensible et aura donc tendance à s’étirer durant la couture.

Premier point : laisser la machine donner le rythme de couture ! Ne pas retenir ou tirer la matière. Si vous tirez sur le jersey, la matière se déformera légèrement et la couture fera « gondoler » la matière.  Simplement guider le jersey sans pression. 

L’utilisation d’un pied à double entrainement (ou pied transporteur) permet de faciliter l’avancement de la matière sous le pied presseur. Certaines machines en disposent sur le modèle de base (par exemple la PFAFF passport 2) ou en proposent en option. C’est un bon investissement pour les couturières qui souhaitent réaliser des pièces en jersey régulièrement.

Sans pied double entrainement, réaliser des essais de couture sur des échantillons de jersey, diminuer la pression du pied presseur en cas de mauvais entrainement (si votre machine le permet). Ou encore, glisser et épingler une feuille de papier fin type papier de soie ou papier à patron sous (ou sur) le jersey pour stabiliser la matière sous le pied presseur. Il suffira d’enlever le papier après couture en l’arrachant délicatement.

 

  • Renforcer des coutures (épaules, etc)

Certaines coutures ont besoin d’être renforcées car elles sont très sollicitées à l’usage (les épaules par exemple). Il est alors recommandé d’utiliser une bande de jersey supplémentaire ou un ruban de coton sergé sur l’envers du jersey et de la/le piquer à travers les épaisseurs.

 

  • Coudre des ourlets

Réaliser un pli ou rentré puis coudre soit au point zig-zag soit au point droit avec une aiguille double. En cas d’utilisation de l’aiguille double, placer 2 bobines de fils sur votre machine. Il existe en général 2 emplacements pour poser les bobines ; si vous n’en avez qu’un, placer les 2 bobines l’une sur l’autre. Passer les fils selon le même chemin puis enfiler un fil dans chaque chas de l’aiguille double. Réduire la longueur de point. Faire un essai sur un échantillon au point droit. Si la couture a tendance à boursouffler, réduire la tension du fil. Le fil de canette formera un point en zig zag entre les 2 lignes de points droits et assurera une extensibilité (pas besoin de fil mousse avec la double aiguille).

 

  • Coudre un biais sur du jersey

Il est idéal d’utiliser un biais lui-même en jersey pour permettre d’adapter le biais au mieux aux courbes de la matière et à son extensibilité.

 

  • Coudre ensemble du jersey et un tissu non extensible

Assembler 2 matières différentes se fait facilement en posant le jersey sur la matière non extensible, en piquant au point droit avec une aiguille à jersey ou stretch.

 

  • Former un col en bord-côte (ou un poignet, etc..)

La technique expliquée si dessus est évidemment valable pour un poignet en bord cote ou un bracelet de cheville en cote.

 

 

 À votre machine ! Vous pouvez vous lancer sans crainte dans la couture du jersey sans surjeteuse !

 

 

Si vous désirez en apprendre davantage sur la couture de la maille, je recommande le cours en ligne « Toutes les techniques professionnelles pour coudre du jersey » par Muriel François sur